[Poésie] Dernière poésie de l'année : Ils cassent le monde de Boris Vian

Publié le par La classe de Frédéric SCHMITT

Ils cassent le monde

 

Ils cassent le monde

En petits morceaux.

Ils cassent le monde

A coups de marteau.

 

Mais ça m'est égal,

Ça m'est bien égal.

Il en reste assez pour moi

Il en reste assez.

 

Il suffit que j'aime

Une plume bleue,

Un chemin de sable,

Un oiseau peureux.

 

Il suffit que j'aime

Un brin d'herbe mince,

Une goutte de rosée,

Un grillon de bois.

 

Ils peuvent casser le monde

En petits morceaux.

Il en reste assez pour moi,

Il en reste assez.

J'aurais toujours un peu d'air,

Un petit filet de vie,

Dans l'œil un peu de lumière,

Et le vent dans les orties.

 

Et même, et même

S'ils me mettent en prison,

Il en reste assez pour moi,

Il en reste assez.

 

Il suffit que j'aime

Un petit brin d'herbe bleue,

Une goutte de rosée,

Un amour d'oiseau peureux.

 

Ils cassent le monde

Avec leurs marteaux pesants.

Il en reste assez pour moi,

Il en reste assez, mon cœur.

 

            Boris Vian, entre 1951 et 1952.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article